Héritage

picture0005

La Franc-Maconnerie est elle l’héritière des Templiers? Pourchassés par Philippe le Bel, les chevaliers se sont-ils réfugiés en Ecosse. Hypothèse historique De nombreux historiens ont développé des théories basées sur un long et complexe travail de recherche et la collecte de témoignages concernant un éventuel lien entre l’ordre des Templiers et les Francs-Maçons.

La version la plus connue de cette hypothèse historique voit les Templiers se réfugier en Ecosse à l’aube du XIVe siècle, pour échapper aux persécutions dont ils étaient les victimes. Ils se seraient par la suite fondus au sein de la population locale, tout en transmettant aux générations suivantes les secrets du Temple. Secrets qui auraient fini par trouver une résurgence sous un ordre nouveau, celui de la Franc-Maçonnerie, qui nait justement autour de 1599, à Edimbourg… en Ecosse.

Lien entre Templiers et Francs-maçons : une hypothèse qui repose sur des faits avérés

A cette époque les Templiers possédaient un nombre considérable de bateaux et autres navires qui représentaient une des plus importantes et plus puissantes flottes d’Europe.Suite aux arrestations et persécutions qui eurent lieu par la suite, il n’y a jamais eu d’explications concernant ce fait. Aucun document en France à cette époque ne mentionne le cas de la flotte des Templiers, tout comme aucun registre en Europe ne fait état d’une arrivé massive de navires Templiers cherchant à fuir le royaume de France. D’autant plus que ce choix aurait été vain car les arrestations ne se limitèrent pas à la France mais se propagèrent à toute l’Europe.

Trois hypothèses subsistent alors, si l’on considère le fait qu’une partie des Templiers a pris la mer emportant avec eux certains biens ou documents primordiaux à leur yeux.

Première hypothèse : les Templiers se sont installés en Terre Sainte, là où ils possédaient anciennement bon nombre de commanderies. On sait de source sûre que certains chevaliers, dont le nombre est toutefois très réduit, ont effectué ce choix, prenant même des patronymes arabes. Cependant il est quasiment impossible qu’une arrivée aussi massive n’ai engendré aucune mention dans les textes arabes de l’époque. Car si tel avait été le cas une information de ce type aurai été un formidable outil de propagande et représenté un tel camouflet contre les chrétiens qu’on imagine mal les Arabes et autres Sarrasins ne pas l’utiliser.

Seconde hypothèse: ce groupe de Templiers a trouvé refuge en Scandinavie et particulièrement en Norvège, aux confins de l’Europe et au sein d’un territoire qui n’était pas sous la coupe du Pape ou du Roi de France. Mais cette hypothèse même si elle ne peut être repoussé en bloc, paraît peu crédible toutefois, car à cette époque la population scandinave était infime et les Templiers ne possédaient aucune connexion, ni aucun endroit leur appartenant pour pouvoir s’y implanter rapidement.

Dernière possibilité, retenue par un grand nombre d’historiens : les Templiers restants se sont installés en Ecosse.

L’Ecosse, terre d’asile?

Au regard des preuves et du contexte de l’époque la piste écossaise est incontestablement la plus crédible. Tout d’abord l’Ecosse est le seul pays de l’époque ou les persécutions envers les Templiers n’eurent pas lieu. Plus généralement tout les pays de l’actuel Royaume Uni (Angleterre, Irlande, Pays de Galles) ne montrèrent clairement pas la même ardeur que la France à agir envers les Templiers. Pour le dirigeant de ces contrées, les accusations formulées contre l’Ordre n’étaient pas vraiment fondées. Cependant, la pression du Pape et de Philippe le Bel eut raison du Roi anglais Edouard II qui finit par prendre les mesures nécessaires envers le Temple, non sans rechigner.

Mais le pouvoir d’Edouard ne s’étendait pas sur l’Ecosse qui était à cette époque en plein processus d’indépendance, entamé par William Wallace à la fin du XIIIe siècle et poursuivi par Robert Le Bruce, fraîchement couronné Roi d’Ecosse en 1306. Il en va de même pour le Pape qui n’avait plus d’autorité en Ecosse après avoir excommunié Le Bruce quelques temps auparavant. Seule la relation entre Robert Le Bruce et Philippe Le Bel peut faire émettre quelques réserves: à cette époque les relations franco-ecossaises étaient particulièrement étroites et même scellées par l’Auld Alliance.

Toujours est il que l’Ecosse pouvait apparaître comme le territoire parfait pour les Templiers en vue de s’établir sans être poursuivis. Encore fallait-il y arriver en Ecosse et surtout de la manière la plus discrète possible. Par la route? Impossible car les hommes de Philippe quadrillaient tout le territoire et, hormis pour un ou deux chevaliers isolés, cette hypothèse ne peut être validé. L’autre solution est donc une fuite par la mer, ce qui expliquerai donc la disparition de la flotte de l’Ordre. Néanmoins, même par la mer, il n’existait alors qu’un chemin pour atteindre l’Ecosse: il fallait remonter par la côte ouest de l’Irlande, car la côte est était contrôlée par les navires et troupes anglaises. Ce qui explique, là encore, qu’il y ait si peu de documents faisant état de cette traversée des Templiers.

Une fois débarqués en Ecosse, les Templiers étaient ainsi en sécurité, à l’abri des persécutions orchestrées par Philippe Le Bel et soutenues par le Pape Clément V. Celles-ci s’achevèrent par la dissolution de l’Ordre, lors du Concile de Vienne en 1312, puis par l’exécution du Grand maître, Jacques de Molay et d’un autre templier, Geoffroy de Charnay, brulés vifs sur l’Ile aux Juifs, à Paris, en 1314.

La Franc-Maconnerie est elle l’héritière de l’Ordre des Templiers?

Pourchassés par Philippe le Bel, les moines-chevaliers se sont-ils réfugiés en Ecosse? Comment y seraient-ils parvenus? Les Templiers et l’indépendance écossaise Cette écrasante victoire obtenue pourtant en infériorité numérique est à mettre au crédit de la stratégie mise en place par Le Bruce et notamment par l’utilisation de carrés de piquiers (schiltrons), qui eurent raison de la cavalerie anglaise. Il est également précisé de façon historique qu’en se dévoilant au dernier moment, la cavalerie écossaise a définitivement scellé l’issue de la bataille. Mais le point étrange c’est que le gros de l’infanterie anglaise a fui devant cette cavalerie. Pourtant, selon de sérieuses références historiques de l’époque, elle était principalement composée de guerriers peu aguerris. Il est donc difficile de croire qu’une poignée de cavaliers écossais peu expérimentés aient mis ainsi en déroute l’immense armée d’Edouard.

L’une des thèses défendue par les historiens qui voient un lien entre les Templiers et les Francs-Maçons est de penser que certains Templiers ont participé à la bataille de Bannockburn, afin de remercier Le Bruce de leur offrir cette sorte «d’asile politique». D’une part, cela concorde au niveau des dates. D’autre part, à cette époque, une poignée de Templiers à cheval pouvaient engendrer l’effroi au sein d’une grande armée comme celle des Anglais. Même si certains témoignages peuvent laisser penser que tel était le cas, il n’est pas clairement fait mention dans les textes d’époque d’une présence templière lors de cette bataille.La raison en est simple: cette bataille est un immense symbole pour l’Ecosse qui infligea alors à l’ennemi anglais une défaite prépondérante dans sa quête d’indépendance. Il est donc évident que mettre en avant la présence de Templiers lors de cette victoire aurait, quelque part, conféré moins d’éclat au courage et au patriotisme écossais. Toujours est il que de nombreux éléments limpides ou plus confus nous permettent de dégager une hypothèse fort probable de templiers étant implantés en Ecosse bien après la dissolution de l’ordre en 1312 et en accord avec le roi d’Ecosse, Robert Le Bruce. Qu’ils aient ou non été présents Bannockburn ce jour glorieux de l’histoire écossaise.

Que sont devenus les Templiers ?

Il est évident qu’ils ne pouvaient ouvertement continuer à exister et à agir sous l’étendard de l’Ordre du Temple. Pour bon nombre d’entre eux, ils furent assimilés à la population locale. La plupart reçurent des terres et devinrent des notables écossais. Beaucoup tentèrent néanmoins de perpétuer les principes et le modèle templier par le biais d’organisations néo-templières, qui pullulèrent à cette époque, de manière clandestine ou non.Parmi elles, on peut relever le célèbre Ordre de la Jarretière, fondé en 1348 par Edouard III d’Angleterre et qui prévaut encore de nos jours. Ou encore l’Ordre de la Toison d’or et l’Ordre de Saint Michel, en France, dont furent membres certains des plus éminents sujets de l’époque, tel Charles de Bourbon. Tous ces ordre n’avaient bien évidemment ni la taille ni l’aura du Temple. Ce n’était pas non plus des ordres militaires, mais plutôt des organisations à fortes connotation symbolique, regroupant un certaine élite. Néanmoins un seul ordre à fonction militaire de cette époque peut apparaître, après une minutieuse observation, comme le descendant direct du Temple sur bon nombre de points: il s’agit de la Garde Ecossaise.

La Garde Ecossais, héritage des chevaliers du Temple.

Fondé en 1422 par le roi de France Charles VII (même si on peut fortement présumer que l’origine officielle de l’ordre date de 1410, voire d’avant), la Garde Ecossaise avait comme fonction d’assurer la protection personnelle du souverain français, et ce jusqu’à sa disparition définitive lors de la chute des Bourbons, en 1830. Sa composition est, d’ailleurs, l’un des éléments les plus troublants. Durant des siècles on y note la présence quasi-continue des plus importants et puissants clans Ecossais, tel que le Clan Campbell, le Clan Sinclair, le Clan Hamilton, le Clan Seton, le Clan Stuart ou le Clan Montgommery, entre autres.Ces même clans sont historiquement rattachés à la période charnière vue précédemment: celle de la fin des Templiers et de l’indépendance Ecossaise. Ainsi pour ne citer qu’eux, les Seton, les Stuart ou les Sinclair de l’époque étaient des proches de Robert Le Bruce. Et l’origine de ces familles est également lié de près ou de loin aux Templiers, comme en attestent de nombreux documents de l’époque, notamment ceux récemment mis à jour par les descendants du Clan Sinclair.

Le mystérieux Clan Sinclair

Le Clan Sinclair, justement, ou plus exactement Saint-Clair, est une illustre famille écossaise d’origine Normande (de l’époque de Guillaume le Conquérant), dont certains membres ont marqué l’histoire. C’est le cas de William de Saint-Clair, l’un des chefs de la révolte écossaise contre Edouard Ier d’Angleterre et compagnon de William Wallace à la fin du XIIIème siècle. Mais aussi celui de son fils, Sir William Saint-Clair, mort en Andalousie en chemin pour la Terre Sainte, pour y enterrer le coeur de Robert Le Bruce. c’est encore le cas d’un autre William Sinclair, chancelier et régent d’Ecosse au XVe siècle, dont l’histoire retient surtout qu’il fut le dessinateur des plans de la célèbre Rosslyn Chapel, l’un des symboles historiques de la Francs-Maçonnerie, dont la tradition dit «Qu’en 1441, Jacques II d’Ecosse, nomma Saint-Clair patron et protecteur des maçons Ecossais (entendons ici maçons opératifs et pas encore Francs-Maçons), que la fonction était héréditaire, qu’après sa mort en 1480, ses descendants tinrent des réunions annuelles à Kilwinning». Kilwinning etant le nom d’une ville écossaise, mais aussi le nom de la première loge maçonnique du monde.